Pour plus de sécurité à Thônex

 

Image internet    Les cambrioleurs et autres malfaiteurs n’épargnent pas Thônex

Les cambrioleurs et autres malfaiteurs n’épargnent pas Thônex. Pourtant la situation semble lentement évoluer positivement, grâce notamment au travail commun de la police municipale et cantonale qui construisent ensemble une réponse sécuritaire. « Nous effectuons un travail de sensibilisation, affirme Marc Kilcher, conseiller administratif en charge de la sécurité. Nous voulons améliorer la visibilité de la police et renforcer sa présence, par exemple, le samedi sur les axes principaux en réduisant l’horaire de nuit. »

Un sondage à domicile suivra celui fait par courrier. « Les discussions face-à-face permettront plus d’échanges entre la population et les agents, expose Patrick Moynat, chef de poste. Nous glanerons ainsi de précieux renseignements. Ce qui nous conduira à être plus réactifs et plus attentifs. »

 La police cantonale et la police municipale, épaulées par les gardes-frontière travaillent dorénavant de concert sur le terrain.

 

Patrick Moynat, chef de poste, police municipale de thônex

Echec aux cambrioleurs : les points sensibles des habitations sont les portes-fenêtres, les balcons, les terrasses, les sauts-de-loup, les pièces secondaires et les garages.  « Il faut verrouiller tout ce qui peut l’être, recommande Patrick Moynat. Pas de clé cachée à proximité. En cas d’absence, faire vider la boîte aux lettres, laisser une lumière, informer les voisins, pas de messages sur le répondeur pour indiquer l’absence. »

Si un comportement suspect est détecté, contacter la police sans hésiter. Mettre en place une « surveillance citoyenne » et installer éventuellement une alarme sonore ou lumineuse.

Mieux vaut nous appeler au 117 une fois de trop que pas assez, insiste le chef de poste auprès des nombreux participants

En cas de cambriolage : préserver les traces. Ne pas interpeller le cambrioleur. Avisez rapidement la police et essayer de donner une description précise du personnage, ça aide les recherches. « Mieux vaut nous appeler au 117 une fois de trop que pas assez, insiste le chef de poste. »

Image internet Dans les appartements, le taux de pénétration par les portes est de 54%

Dans les appartements, le taux de pénétration par les portes est de 54,6% alors que dans les maisons individuelles, ce sont les portes-fenêtres qui sont visées à hauteur de 52%. Mais 60% des cambrioleurs renoncent après 2 minutes d’essais infructueux.

Conseils : Ne pas garder de liquidités chez soi. Ne pas ouvrir la porte à n’importe qui. Etre vigilants envers les personnes qui viennent proposer des services à domicile. Exiger une carte professionnelle et si c’est un policier, faire un contre-appel en appelant la centrale en laissant l’individu attendre à l’extérieur. Attention aussi au vol aux fausses qualités: faux plombiers, faux policiers, faux neveux…

En cas de doute, appelez la police municipale : 022 869 39 99 ou le 117.

Déménager ou adapter son habitat ?

La moitié de la population de Genève est en dehors du monde du travail. Mais toute la ville est construite pour améliorer la relation entre travail et maison. Genève a du retard dans la prise de conscience des problèmes dus à l’âge en matière de logement. Il faut penser à prévenir les accidents, l’isolement et les difficultés d’accès. De plus, le fait de rester à domicile constitue une économie globale. Il faudrait donc mettre l’habitat et les espaces publics en adéquation avec les besoins de la population.

Les participants suivent attentivement l’exposé interactif de Hans-Peter Graf, et Cyrus Mechkat

« Les aménagements pour aînés apportent un plus qualitatif pour le reste de la population ». c’est ce qu’affirment Cyrus Mechkat, architecte et Hans Peter Graf, gérontologue. Il faut pourvoir effectuer des améliorations légères pour satisfaire les demandes des diverses classes d’âge. Les deux spécialistes de l’habitat pour seniors se rendent chez les gens pour décider avec eux des changements à prévoir petit à petit. Avec une visite bienveillante et amicale, on peut de concert travailler tranquillement pour améliorer les dispositions de l’appartement afin de le rendre plus confortable à ceux qui l’occupe.

Image internet
Mon logement est-il facilement accessible en cas de perte de mobilité

Il faut se pencher sur ce problème à temps, avant d’être obligé des prendre des mesures drastiques. Car en situation d’urgence, comme une sortie d’hôpital, ce sera souvent trop tard. Avant tout, il faut convaincre les pouvoirs publics de mener une politique plus engagée pour la mise en adéquation du cadre de vie (neuf ou ancien) avec l’évolution démographique de la population.

J’ai de la peine à entrer/sortir de ma baignoire, que faire ?

En 2008, 42% des aînés considèrent leur logement comme inapproprié en cas de handicap majeur, par exemple inaccessible en chaise roulante. Habiter chez soi, grâce à des agencements convenables, retarde l’entrée en EMS, permet de rester en communication avec le quartier, de mélanger les âges et d’échanger entre générations. Il faudrait donc adapter l’habitat ordinaire à la situation de vieillissement de la population. Cette adaptation peut se faire progressivement selon l’évolution des besoins. Cette formule, « au coup par coup », est peu chère, rapide et réversible.

Camille Laurens a dit :

« On ne refait pas sa vie à soixante-quinze ans, non mais on peut bien la commencer »

La réflexologie, c’est le pied

Les Egyptiens

La réflexologie ne date pas d’aujourd’hui

La réflexologie ne date pas d’aujourd’hui, car elle était déjà pratiquée par les Egyptiens. Elle repose sur le postulat que chaque zone du corps correspond à une zone du pied et que par conséquent des massages adéquats peuvent soulager bien des maux. On peut établir une carte du corps et la transposer sur le pied, dessus ou dessous. Martine Schmidt pratique cette méthode depuis de longues années. Infirmière de formation , elle a, au fil du temps, développé son toucher afin d’augmenter son efficacité.

llllllll

Toutes sortes d’écoles se targuent d’enseigner la réflexologie. Martine Schmidt, quant à elle, a mis sur pied une formation pour les infirmières et d’autres associations l’ont suivie dans cette voie. Maintenant, on va vers des institutions reconnues qui amènent à un brevet fédéral. D’autre part, les praticiens ont l’obligation de suivre 40 heures de formation par an. Ces soins prodigués par des masseurs formés avec un certain nombre d’heures d’expérience, sont remboursés par les assurances complémentaires.

a tou

On peut à tout âge faire appel à un réflexologue, qui soigne aussi bien les prématurés que les seniors.  » Le contact que l’on a dans le toucher ouvre beaucoup de portes, souligne encore Mme Schmidt. »

L’Imad, institution très appréciée des Genevois

capture-decran-2016-10-12-a-13-49-12Qui n’a pas fait appel une fois ou l’autre à l’Imad? Ses nombreuses prestations permettent le maintien à domicile de nombreuses personnes malades, âgées ou en convalescence. Elle favorise la maintien à domicile en préservant l’autonomie par une approche pluridisciplinaire. En partenariat avec les proches aidant et tous les autres intervenants du réseau, l’Imad contribue à améliorer la qualité de la vie et le maintien à la maison de ses 16.798 clients.

Soins à domicile

Soins à domicile

Ses 38 équipes réparties sur les deux rives apportent principalement des soins et si c’est nécessaire, une hospitalisation à domicile, mais aussi une aide en ergothérapie, des repas, une aide pratique et du repos dans une unité d’accueil temporaire.

Livraison à domicile des repas

Livraison à domicile des repas

Frédéric Lejuste, directeur du centre de maintien des Eaux-Vives et Angélique Ilous, responsable d’équipe nous ont un peu détaillé les diverses tâches de l’Imad. Les 2.102 collaborateurs sont encore chargés de la gérance sociale et de l’animation dans les immeubles avec encadrements. Ils veillent à la nutrition et à la sécurité à domicile. Dans leur cahier des charges, ils assument également les urgences sociales et s’occupent de la veille et des couchers tardifs.
La Lamal prend en charge les soins infirmiers, l’évaluation et les conseils, les soins de base, les examens en cours de traitement et l’ergothérapie.

Quelques chiffres de 2015:
589.558 heures de soins
474.000 repas livrés
+ de 300.000 kilomètres effectués et non facturés
6.200 prestations par jour en moyenne
76% de clients en âge de retraite
48% de plus de 80 ans
67% de femmes

Les élixirs floraux, véritables auxiliaires de mieux être

Depuis des millénaires les élixirs floraux sont utilisés pour améliorer notre équilibre, notre santé et pour trouver une meilleure harmonie entre son esprit et son corps.

depuis des

Les élixirs floraux existent sous forme de granules, de pommade, de spray ou en gouttes

Françoise Donzé, naturopathe,  nous a présenté ces élixirs qui ont déjà  été signalés 1000 ans avant J.-C. En Inde aussi, il y a des siècles, des bains à base de fleurs aidaient les femmes à atténuer leurs maux. Paracelse a également recherché les bienfaits des fleurs pour guérir les maladies émotionnelles. Bref, quand le docteur Bach s’est intéressé à son tour au sujet, il avait quelques illustres prédécesseurs. Il a mis au point la quintessence florale, qui procure un soulagement à des petits désagréments quotidiens.

Françoise

Françoise Donzé présente les différentes gammes de produits floraux

Le lien entre émotionnel et physique est évident. Nous sommes confrontés régulièrement à nos peurs, nos angoisses, nos ressentiment ou encore  notre tristesse; qui à la longue affectent notre physique et dérègle notre organisme.  Les élixirs nous aident à retrouver notre équilibre, à retrouver notre unisson et ils nous donnent du pep. L’estime de soi remonte et la créavité aussi. C’est donc normal qu’il y ait un engouement populaire pour ces médecines.

Aujourd'hui,

Aujourd’hui, les élixirs floraux rencontrent beaucoup de succès

Le règne végétal, les fleurs et les plantes présentent une fréquence vibratoire et émettent des résonnances électromagnétiques  qui ont aussi une résonnance dans notre système vibratoire.

Très ancienne (elle remonterait à 6 millions d’années), elle est l’emblème des fleurs du bush australien. Elle est connue pour sa capacité à aider les gens à surmonter leurs difficultés, leur désespérance. Elle permettrait de retrouver ténacité et endurance lorsque l’on perd nos forces.

Photo Jacquemin                                                                                        Cette fleur de waratha remonterait à 6 millions d’années, elle est l’emblème des fleurs du bush australien utlisée dans les élixirs de Ian White

En ayant une vision lucide et réelle de ce qui se passe en nous, nous allons trouver  l’élixir qui nous correspond. Mais Françoise Donzé met en garde: pas d’automédication! Les conseils d’un spécialiste (pharmacien, naturopathe, etc.) sont indispensables.

Les Ballets russes

Claude Golovine

Claude Golovine, danseuse professionnelle et professeure de ballets classique, moderne et contemporain

Claude Golovine, notre professeur de danse, nous a conté l’histoire des ballets russes et de leur influence notoire encore aujourd’hui sur la danse.

Louis XIV a fondé le ballet royal, qui devait servir le pouvoir politique de l’époque. Le ballet montrait l’état d’esprit des gens d’alors, tout était harmonieux et les pas rapides. Après la révolution le ballet continue d’exister, marqué ensuite par la période romantique. La créativité était limitée par un code strict. A ce moment-là, le ballet s’essouffle un peu.

En Russie, il n’y a pas de révolution. C’est un empire, le pouvoir est riche et le régime stable. Le pouvoir dote largement et de façon éclairée les artistes. Marius Petitpas part pour la Russie. Il va développer énormément les mouvements du corps de ballet. Il lui donne beaucoup de lyrisme, tout en gardant une technique parfaite. Il collabore avec les plus grands compositeurs: Tchaïkowsky, Borodine, etc. C’est sur ce terrain que se développe Serge Diaghilev. Et enfin, Michel Fokine, un vrai Russe prend la tête des ballets. Il chorégraphie entre autres Pétrouchka, et l’Oiseau de feu. Il travaille avec tous les compositeurs russes, mais aussi avec d’autres. Diaghilev qui vient de la petite noblesse russe adore la musique; il prend des cours avec Rimski-Korsakov qui compose une musique très russe comme Schéhérazade. Deux mouvements s’affrontent, l’un sous l’influence européenne et l’autre qui veut remettre en relief les valeurs russes. Diaghilev monte une revue: Le monde de l’art. Il va aussi devenir l’assistant du prince Volkovsky qui dirige tous les théâtres. Et surtout, il va découvrir Nijinsky, un très jeune danseur qui subjugue tout le monde par son talent. Il décide de monter une exposition de peintres russes à Paris et il rencontre un grand succès.

Jusqu’en 1915, les ballets russes marchent bien, puis la révolution change beaucoup de choses. En 14-18, les frontières se ferment. Diaghilev s’intéresse à des artistes français et espagnols. En 1929, c’est la dernière représentation des ballets russes.

Serge Lifar et Balanchine vont abandonner l’expression russe pour interpréter le ballet de façon plus moderne. Puis c’est le Marquis de Cuevas qui prend la relève dans les années 50 et qui à son tour marque l’histoire du ballet.

L'histoire des ballets passionne un nombreux publique

L’histoire des ballets passionne un nombreux
publique

« Etoiles sur la Mer Noire »

 A Trébizonde, mon père avait pris l’habitude de lire chaque soir en le commentant un livre à haute voix devant moi. En 1948, il avait reçu un exemplaire du livre « Astrnomy for Everybody » par Simon Newcomb. Peu d’enfants resteraient insensibles dans ces circonstances à la révélation d’une vision cosmique


A Trébizonde, au bord de la mer Noire, mon père avait pris l’habitude de lire chaque soir en le commentant un livre à haute voix devant moi. En 1948, il avait reçu un exemplaire du livre « Astrnomy for Everybody » par Simon Newcomb. Peu d’enfants resteraient insensibles dans ces circonstances à la révélation d’une vision cosmique.

Nous avons eu la chance de faire un magnifique voyage sur les traces de la vie professionnelle de notre conférencier. Noël Cramer, Dr en astrophysique, nous a fait partager ses souvenirs et les aventures de sa carrière depuis son premier contact avec les étoiles lorsqu’il avait 8 ans au bord de la Mer Noire en Turquie, jusqu’à ses séjours aux observatoires du Jungfraujoch et du Gornergrat dans nos Alpes, en passant par le désert d’Atacama au Chili et à l’île de La Palma aux Canaries.

Le Sphinx est un éperon rocheux sur lequel un observatoire météorologique, astronomique et scientifique situé à 3'571m, point culminant du Jungfraujoch. Il est accessible au public par un ascenseur d'une centaine de mètres taillé dans la montagne, près de la station de train la plus haute d'Europe à 3'454m.

Photo Internet         Le Sphinx est un éperon rocheux sur lequel un observatoire météorologique, astronomique et scientifique situé à 3’571m est le point culminant du Jungfraujoch. Il est accessible au public par un ascenseur d’une centaine de mètres taillé dans la montagne, près de la station de train la plus haute d’Europe à 3’454m. Du côté valaisan l’observatoire domine le glacier d’Aletsch

Désert d'Atacama au Chili

Désert d’Atacama au Chili

La flore de Genève sous surveillance

SSSSSSSS

Les Conservatoire et Jardin botaniques mènent beaucoup de tâches différentes, c’est ce que nous a expliqué Nicolas Wyler, docteur es sciences et conservateur au Jardin botaniques

Les Conservatoire et Jardin botaniques mènent beaucoup de tâches différentes, c’est ce que nous a expliqué Nicolas Wyler, docteur es sciences et conservateur au Jardin. Genève abrite le 5e plus grand herbier au monde avec 6 millions d’échantillons qui recouvrent 200 ans d’histoire de la botanique. Il y a 50 km d’échantillons et il faudrait 100 ans pour les consulter tous. C’est une grosse collection qui contient 300.000 spécimens du monde entier et quelque 30.000 spécimens anciens. Une centaine de collaborateurs travaille au Jardin, que ce soit dans les cultures ou dans le milieu scientifique. Genève a une longue tradition botanique. Le premier ouvrage connu est publié en 1832. Mais Genève innove aussi, car c’est le seul canton à posséder et appliquer une loi sur la diversité, d’où un grand partenariat avec la DGNP ( direction de la nature et des paysages).

Rare renonculacée à l'état sauvage, près de Chancy

Photo internet     Rare renonculacée à l’état sauvage, près de Chancy, menacée d’extinction

Le canton a été divisé en grilles de 1km/1km (302 en tout), qui ont été scrutées pas des botanistes amateurs ou professionnels. Ce travail titanesque a débouché sur la liste des espèces du canton. 40 personnes ont oeuvré pendant 10 ans. Leur travail a débouché sur un ouvrage de 400 pages paru en 2000. C’est l’Atlas de la Flore genevoise qui recense 1300 espèces, alors que la Suisse en compte 2500 à 3000. Notre canton est un carrefour sur lequel se regroupent beaucoup de variétés, même si seuls 15% du territoire sont en milieu naturel. Chaque espèce figure sur une liste rouge selon le degré de menace. Nicolas Wyler, graphiques à l’appui, nous a démontré la situation floristique genevoise et son évolution. Il a aussi souligné la bonne collaboration qui existe avec la France voisine pour l’étude de la flore du bassin genevois entre Salève et Jura.

De plus, un avion équipé d’appareils de mesure (scanner, gps, capteur photo) survole régulièrement le canton de manière à géo-référencer le sol. Ces données sont précieuses pour toutes sortes d’action: construction, établissement de chemins, routes, rues, évolution des surfaces forestières, prairies, etc

Le Jardin procède encore à la récolte de graines, voire de plantes menacées pour les placer in situ et les replanter plus tard aux endroits adéquats.

Une conférence « verte », riche en informations…

Difficile tâche que l’administration d’une commune

Etre conseiller administratif dans une ville de l’importance de Thônex exige d’être compétent sur tous les fronts. Nous l’avons bien compris lors d’une conférence où les trois conseillers sont venus exposer les diverses tâches de leur dicastère.

Philippe Decrey aimerait que l’on s’occupe mieux du transport des handicapés qui ne sont pas encore assez pris en compte. Il annonce l’arrivée de 400 migrants de plus à Belle-Idée, qui en abrite déjà 90. Des containers seront montés sur trois étages pour les recevoir. Il sera demandé à l’Etat de créer un fond afin de mieux gérer cette problématique. La circulation dans la zone Petit-Bel-Air-chemin des Mésanges sera améliorée afin de diminuer le flux des voitures. Une refonte du chemin du Bois-des-Arts est prévue et le devant de la mairie retrouvera son aspect d’antan. Certains services de la commune seront décentralisés à Adrien-Jeandin. Les crédits pour aménager la voie verte qui recouvre le CEVA seront votés d’ici mai-juin. Les communes riveraines travaillent pour améliorer le tout.

mmmmmmmmm

Messieurs Pascal Uehlinger,  Philippe Decrey,  Marc Kilcher

Sécurité en point de mire.

La commune compte 11 agents, une police qui veille à la sécurité des habitants. Marc Kilcher qui vient de reprendre ce dicastère souhaite mieux cerner les questions de sécurité. Dans ce but, un sondage est en cours auprès des habitants sur les problèmes de quartier.

Il aimerait étendre les horaires de la police le samedi et le soir.

Autre problème récurrent que le conseiller administratif attaque: les déchetteries et leurs montagnes de déchets sauvages. Certains de ces Echos-Points seront protégés par une vidéo surveillance afin de reprendre le contrôle des lieux. « Eviter le tourisme des déchets et les incivilités sont des problèmes complexes, les sacs à poubelle sont encore gratuits, c’est une mesure incitative, mais le travail est de longue haleine » conclut Marc Kilcher. Il a aussi la charge de gérer les écoles, un secteur où l’intérêt de la commune ne coïncide pas avec ceux du canton d’où la complexité des problèmes. Enfin il a visité tous les commerçants, ces derniers apprécient Thônex, mais souffrent aussi des incivilités. Marc Kilcher souhaite que des commerces plutôt que des bureaux s’implantent le long des trottoirs.

ccccc

Des Thônésiens intéressés à ce qui se passe dans leur commune. Les Seniors ont un rôle à jouer dans la société.

Difficile d’équilibrer les finances

C’est le conseiller administratif Pascal Uehlinger qui a la délicate tâche d’équilibrer les finances. Thônex est la 7e plus grande commune du canton. Les recettes ne sont pas en progression. Le budget affiche 37,5 millions, dont 30% de charges pour le personnel (94 collaborateurs), ce sont des dépenses incompressibles, de même que les 15% d’amortissements.

Les recettes proviennent des personnes physiques à hauteur de 70%, des entreprises 6%. La taxe professionnelle rapporte environ 1,5 million.

En 2016, il est prévu de faire des investissements pour 38 millions: aménagement des espaces publics, pose de collecteurs et travaux dans les bâtiments communaux. Mais ce n’est pas tout, il faut encore prévoir l’entretien des bords du Foron et l’abattage d’arbres, la construction d’une nouvelle école, des travaux à l’auberge, à la crèche, à la maison des quartiers.

Aussi au programme: l’agrandissement du poste de police de Chêne et la création de cellules de transition des prisonniers dans l’ex-Crédit suisse. Et enfin, le conseiller administratif annonce que la police municipale va recevoir des compétences supplémentaires. Il souligne encore que l’urbanisme est l’image que l’on donne de notre ville et qu’il va falloir gérer les nouvelles densités.

La mort, une re-naissance ?

Lydia Muller

Lydia Muller : « Personne ne meurt seul, … »

C’est une erreur d’opposer la mort à la vie. C’est ce que nous a démontré Lydia Müller, psychothérapeute, fondatrice  d’Entrelacs, qui forment des accompagnants pour les personnes âgées en fin de vie.

En voulant sauver les malades, nous faisons une erreur, on se bat contre le faux ennemi. Opposer la mort à la vie, n’est pas juste. Qu’est-ce qui meurt en fin de vie ? Le corps et notre petit moi. Le bébé aussi meurt à sa vie intra-utérine pour naître dans la douleur. La peur de la mort, de l’inconnu, de quitter les siens : c’est légitime. Il y a souffrance à l’intérieur de soi, souffrance morale. On sait maintenant comment combattre la douleur physique, en mettant pas exemple, les malades les plus atteints en coma artificiel.

Mais on peut aider là où l’émotionnel fait mal. Quand on refuse quelque chose qui n’est pas changeable (la mort), on souffre c’est inéluctable. Il faut se relâcher. La vieillesse n’est pas une maladie. On perd notre corps, notre ego.

"La vieillesse n'est pas une maladie".

« La vieillesse n’est pas une maladie ».

On quitte son véhicule et la conducteur va ressortir et laisser la carcasse derrière lui.

Lydia Müller insiste sur ce qu’on vit, c’est ça le plus important. Est-ce que notre vie a un sens ? Avons-nous des relations fortes ? La fin de vie nous propose des épreuves physiques. Mais il va falloir faire émerger l’être intérieur qui ne vieillit pas. C’est un être merveilleux dans un corps étriqué. Il faut voir ce qui nous reste et pas ce qu’on  perdu. Et dans ces moments, il est bon d’être accompagné et entouré. Si on arrête de se battre, on devient plus paisible. Il faut tout mettre en ordre pour partir tranquille.

L’énergie se retire de plus en plus, mais les organes des sens restent ouverts. La conscience va continuer. Personne ne meurt seul, ceux qui nous ont précédés nous accompagnent.